Mur de Silence

 

Mur de Silence

 

40 ans d’attente dans un lieu inhospitalier, où rien ne pousse, si ce n’est le désespoir de toute une population. Les Sahraouis sont désormais synonymes de patience et d’abnégation. L’attente commence alors que la guerre du Viêt-Nam vient de se terminer dans un fiasco de deux décennies, alors que les émeutes de Soweto en Afrique du Sud éclatent en plein apartheid, alors que La Guerre des Étoiles de Georges Lucas sort dans les cinémas du monde entier et que Valéry Giscard d’Estaing est à l’Élysée depuis deux ans. 40 ans, c’est long.

Les heures, jours et semaines ne s’écoulent pas au même rythme qu’ailleurs, la théorie de la relativité d’Einstein n’a jamais semblé aussi vrai que dans le plus vaste des désert de la planète. Toutes ces années n’auront accouchées que d’un mur « de la honte », encore un, de 2’700 km et construit par le Maroc entre 1980 et 1987. Séparant les Sahraouis de leur patrie, cette lande de terre est considérée comme la zone la plus minée au monde. Comme si les murs pouvaient résoudre leurs problèmes, nos problèmes. Toutes ces années pour une maigre promesse de referendum à l’autodétermination, au point mort depuis 25 ans pour des histoires de recensement onusien et de mauvaise foi marocaine. Il faudra encore attendre.

La dernière colonie d’Afrique a le malheur de posséder trop de richesse dans son sol et pendant que certaines multinationales (Glencore en Suisse pour ne citer qu'eux) mènent leur business habituel, d’autres meurent en silence et dans l’indifférence au cœur du désert. En octobre dernier, des pluies torrentielles se sont abattues pendant onze jours de suite sur les camps. Aux difficultés quotidiennes est venue s'ajouter la destruction de milliers de maisons, magasins et écoles. La famille qui nous héberge n'a pas échappé aux dégâts causés par les inondations. Père et filles nous racontent comment, après plusieurs jours d’intempéries, ils ont été contraint de se réfugier sur une colline pour se mettre à l'abri. A leur retour, une partie de leur maison s'était effondrée. Il ne reste plus qu'à tout reconstruire. Ici, le provisoire se mue en éternel recommencement. La jeunesse sahraouis s’impatiente et une partie d’entre elle souhaite un retour au conflit armé, alors que les anciens ne veulent plus vivre les affres de la guerre et prônent, malgré les années, une approche pacifique du conflit.

A la suite des inondations, quelques plumes isolées sont venues rappeler au reste du monde l’existence de ces réfugiés sahraouis survivant au milieu du désert, dans l’attente d’un improbable retour sur leurs terres. Puissent ces voix contribuer à briser le silence entourant le sort de la « dernière colonie d’Afrique ».

 

 

Benjamin Visinand

 

 

Pour aller plus loin:

Article paru dans le magazine AMNESTY n°83, novembre 2015 par Amanda Ioset et Guillaume Bégert

 

 

 

Photo: bv



logo bas de page
Publié le mercredi 30 mars 2016 18:46